Tombouctou et les villes du fleuve : Ségou, Djenné, Mopti

En langue Tamacheq, « Tim » signifie « endroit » et « Bouctou » était le nom de la vieille dame qui s’occupait du puits, objet que l’on peut encore voir dans l’enceinte du musée de la ville.
La majeure partie de cet ouvrage, illustré par de nombreuses photographies, est consacrée à la mythique Tombouctou (Mali). Ville légendaire, tapie au cœur du Sahara et autrefois interdite aux non-musulmans, elle fut le phare d’une brillante civilisation : celle des Songhaï.
Elle attira aussi de nombreux explorateurs : Alexander Gordon Laing, René Caillié ou encore Heinrich Barth. Marie-Aude Priez aborde tous les aspects de la cité : son histoire, les hommes qui la bâtirent et la pérennisèrent, les coutumes qui l’animent…
En fin d’ouvrage quelques éclairages supplémentaires sont apportés : les explorateurs à Tombouctou, le rôle de l’Islam dans l’expansion de la ville…

 

Les plus de Tombouctou et les villes du fleuve : Séjou, Djenné, Mopti

Une écriture poétique et des photos très réalistes qui restituent une certaine atmosphère.

Les moins de Tombouctou et les villes du fleuve : Séjou, Djenné, Mopti

En voulant traiter de nombreux sujets, l’ouvrage donne l’impression d’un trop rapide survol. Une bibliographie pour approfondir les thèmes abordés aurait été judicieuse.

Tombouctou et les villes du fleuve : Séjou, Djenné, Mopti, textes de Marie-Aude Priez, photos de Thomas Renau, Asa éditions, 1999, 88 pages