Sahara, visions d’un explorateur de la mémoire rupestre

Naturaliste et géologue-géomorphologue de formation, l’auteur offre un récit mixte de ses pérégrinations dans le Sahara libyen, algérien et nigérien, effectuées du milieu des années 1970 à la fin des années 1990.
En bas de page, le scientifique livre ses ressentis et ses découvertes : paysages géologiques étonnants, peintures ou gravures rupestres parfois presque effacées… Redonnant vie à un passé révolu, photos et relevés à l’appui.
En haut de page des notices éclairent des notions aussi différentes que les formes d’érosions dans le Sahara, les interprétations de l’art saharien ou encore les croyances et les cultes en pays touareg. Un ouvrage passionnant qui mêle géologie, art, astronomie, religions, faune et histoire.

 

 

Les plus de Sahara, visions d’un explorateur de la mémoire rupestre

Des notices claires et intéressantes sur des sujets très variés. Des photos magnifiques mettant en scène peintures rupestres, curiosités géologiques et éléments de vie quotidienne des régions traversées.

Les moins de Sahara, visions d’un explorateur de la mémoire rupestre

Une bibliographie aurait été la bienvenue pour approfondir certains thèmes, tels que l’astronomie, seulement effleuré dans le livre. Pourquoi le désert est-il un lieu privilégié d’observation ? Existe-il des organismes proposant des voyages d’étude du ciel et des étoiles ?

Sahara, visions d’un explorateur de la mémoire rupestre de François Soleilhavoup, Transboréal, Paris, 1999, 127 pages