Le désert a nourri l’imaginaire d’aventuriers, de cinéastes et d’écrivains qui ont traduit, en mots et en images, leur fascination pour ces lieux souvent malconnus et mythifiés. De la quête des terres inconnues au XVI esiècle, en passant par la vogue de l’orientalisme au XIXe siècle et aux méharées épiques de Théodore Monod, de nombreuses légendes sont nées autour des déserts.

Les écrivains du désert

Le désert n’est pas de ces lieux que l’on peut décrire à distance. La plupart des écrivains qui l’ont magnifié, l’ont aussi affronté.
Expérimentant dans leur chair la brûlure du soleil, l’angoisse de manquer d’eau ou les contingences politiques.
Les écrits sur le désert sont assez récents et datent presque tous du XIX, XX et XXIe siècle.

Dans notre sélection : une dizaine d’hommes et une seule femme, Isabelle Eberhardt.

Parmi ces messieurs : le prix Nobel de littérature J.M.G. Le Clézio, auteur de Désert et Gens des nuages.

Roger Frison-Roche, alpiniste chevronné, auteur de L’appel du Hoggar et de La montagne aux écritures.

Pierre Loti, davantage connu pour ses récits maritimes, mais aussi géniteur de Le désert.

T.E. Lawrence, champion de la cause nationale arabe, et auteur des Sept piliers de la sagesse.

Théodore Monod, scientifique génial et écrivain prolifique, auteur de Maxence au désertMéharéesL’Emeraude des Garamantes.

Wilfred Thesiger, vainqueur du désert du Rub-al-Khali, auteur du Désert des déserts.

N’oublions pas les autres écrivains qui firent honneur au désert, sans toutefois lui consacrer toute leur vie.
Antoine de Saint-Exupéry, Honoré de Balzac, Eugène Fromentin ou Paul Bowles.

Enfin, ceux que le désert a entièrement habité, au point d’y périr : les mystiques comme Charles de Foucauld, le jeune Michel Vieuchange ou Ernest Psichari.

Les explorateurs du désert

Un matin, ils sont partis, en quête d’ailleurs, d’une parcelle de gloire ou tout simplement d’eux-mêmes.
Ces explorateurs, pour la plupart enfants du XIXe siècle, ont souvent risqué leur vie ou sont parfois morts au cours de leur voyage.

Ibn Battuta, pionnier arabe de l’exploration.

Marco Polo et ses aventures asiatiques.

Henrich Barth  premier chrétien à gagner Agadez.

Henri Lhote, un des spécialistes du Tassili N’Ajjer, dans le Sahara algérien.

René Caillié, premier européen à ressortir vivant de la ville de Tombouctou.

Sven Anders Hedin, conquérant du Tâkla-Makan en Asie.

D’autres tentèrent aussi l’aventure, échappant à la notoriété : Bertram Thomas, Ernest Giles...

Le désert au cinéma

Sable et conditions extrêmes ont aussi inspiré les cinéastes. Beaucoup de chefs d’oeuvres inégalés sont sortis de leur imagination, souvent adaptés de romans.

Lawrence d’Arabie, de David Lean, la vie et l’œuvre du Britannique T.E. Lawrence.

Le patient anglais, d’Anthony Minghella, inspiré de la vie du hongrois Ladislaus e Almàsy.

Un thé au Sahara, de Bernardo Bertolucci, adapté du roman éponyme de Paul Bowles.

Fort Saganne, d’Alain Corneau, inspiré par l’histoire du grand-père de Louis Gardel, officier méhariste.

Un taxi pour Tobrouk, de Denys de la Patellière. Un peu d’humour pour relater un épisode de la Seconde guerre mondiale sur le front africain, grâce aux dialogues de Michel Audiard.

Bagdad Café, de Percy Adlon. Une histoire d’amitié en lisière du désert Mojave aux Etats-Unis.

Un homme sans l’occident, de Raymond Depardon, docu-fiction adapté du roman du général Brosset, membre d’une compagnie méhariste.