Henri Duveyrier

Vie d’Henri Duveyrier

28 février 1840.- Il naît dans une famille de petite noblesse languedocienne. Sa mère meurt lorsqu’il a quatorze ans et son père l’envoie étudier en Allemagne. Après des études de commerce qui ne l’intéressent pas, il apprend l’arabe à l’université de Leipzig.

26 février 1857.- Il débarque à Alger et se familiarise avec le pays. A dix-sept ans et demi, il publie ses notes en allemand dans le bulletin de la Société orientale de Berlin et se met à correspondre avec Heinrich Barth.

Mai 1859.- Il revêt le costume arabe qu’il gardera pendant trois ans. Le début de son voyage est compliqué et il est mal accueilli par la population, notamment à Ghardaïa, capitale du Mzab et à l’oasis d’El Goléa. Il passe en Tunisie, Ghadamès… C’est là qu’il fait la connaissance du chef touareg Ikhenoukhen, le 22 août 1860. C’est le début de la conquête française rendant son voyage dangereux. Il est attaqué par des musulmans fanatiques et sauvé par son ami Ikhenoukhen.

20 septembre 1861.- Son périple prend fin à Tripoli. Il regagne Alger par la mer mais tombe malade (typhoïde et paludisme). Il se rétablit et commence la rédaction de son ouvrage.

1864.- Il obtient la médaille d’or de la Société de géographie. Il devient l’ami de Charles de Foucauld.

1885.- Il effectue une courte exploration du Rif, massif méconnu au nord du Maroc. Il ne la poursuit pas à cause de la rébellion qui agite la région.

25 avril 1892.- Il se donne la mort à Sèvres.

Oeuvre d’Henri Duveyrier

Exploration du Sahara : les Touaregs du nord

Citation d’Henri Duveyrier

« Pour des Européens, 200 hommes armés sont un bien faible contingent. Pour le désert, c’est beaucoup, car il est peu de puits qui puissent abreuver rapidement 200 chameaux, et, entre une étape de puits et une autrre, il y a quelquefois 200 et 300 km d’intervalle.»

Exploration du Sahara : les Touaregs du nord

Livre sur Henri Duveyrier

Henri Duveyrier, un saint-simonien au désert, de Dominique Casajus, Ibis Press, 2007.