Le Sahara fut le premier espace vierge arpenté par ces explorateurs. Mais les déserts asiatiques ont aussi leur place dans ce florilège : le Tâkla-Makan avec Sven Hedin ou, de manière plus lointaine, le Gobi avec Marco Polo. Ces entreprises d’exploration, scientifiques ou non, étaient risquées. Pas de carte, moins encore de GPS pour se guider : les étoiles seules et la boussole parfois. Certains frôlèrent la mort et écrivirent le récit de leurs aventures…

Beaucoup d’explorateurs du désert sont tombés dans l’oubli. Surtout les quelques téméraires qui ont conquis des espaces très éloignés de l’Europe : c’est le cas d’Ernest Giles qui traversa le Grand désert Victoria en Australie ou de Bertram Thomas, premier Européen dans le Rub-al-Khali. Seul le nom d’Henri Duveyrier, auteur de l’ouvrage Les Touaregs du nord, et peut-être celui d’Odette du Puigaudeau résonnent encore à l’oreille de nos contemporains.